Actualité financière du 16 au 25 août 2010


France :

Le gouvernement a revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2011 à 2%, contre 2,5% initialement, vendredi lors d’une réunion convoquée par Nicolas Sarkozy à Brégançon (Var). Il a aussi décidé de serrer la vis sur les niches fiscales et sociales, en se fixant un objectif d’économie de 10 milliards d’euros.

Les commandes dans l’industrie hors matériels de transport (mais y compris automobile) ont augmenté de 0,7% en juin, après avoir baissé en mai de 0,7%.(Insee)

Les commandes à l’exportation ont progressé de 1,7% en juin et de 2,5% sur le deuxième trimestre

L’indice PMI de l’activité globale en France a baissé en août de 07 point par rapport à juillet à 59 point, selon un communiqué..

Selon Markit, l’emploi dans le secteur privé s’est accru pour le quatrième mois consécutif en août.

Dans les services, l’indice PMI est tombé à 59,9 points, au plus bas depuis quatre mois, contre 61,1 en juillet.

La production industrielle a également progressé à 57,1 points, contre 56,7. L’indice de l’activité manufacturière s’est en revanche redressé à 54,7 points, contre 53,9 points

La reprise reste en bonne voie selon le cabinet Markit

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité, même réduite) en France métropolitaine a baissé de 0,5% en juillet, soit -14.400 en un mois, à 2.67 millions selon les chiffres mensuels diffusés mardi par le gouvernement. Sur un an, il augmente néanmoins de 5,4%.

En ajoutant les catégories B et C , le nombre de demandeurs d’emploi en France métropolitaine était de 3,96 millions, en hausse de 0,1% (+5.300 personnes) en juillet et de 8,1% sur un an. Avec les DOM, ce chiffre monte à 4,2 millions

Zone-euro :

La zone euro a enregistré un déficit des transactions courantes de 4,6 milliards d’euros au mois de juin, selon les données corrigées de variations saisonnières de la BCE.

En cumul sur les douze mois jusqu’en juin, le déficit courant de la zone euro s’est contracté à 45,1 milliards d’euros (soit environ 0,5% du PIB de la zone) contre 147,9 milliards sur l’année précédente.

L’indice composite, qui couvre l’industrie manufacturière et le secteur des services, a reculé à 56,1 en août, soit son plus bas niveau depuis 2 mois, contre 56,7 en juillet et un consensus de 56,4.

Allemagne :

Le moral des analystes et investisseurs allemands a dégringolé en août, montre mardi l’enquête mensuelle de l’institut d’études économiques ZEW.

Son indice est tombé à 14,0 contre 21,2 en juillet, au plus bas depuis avril 2009

L’indice distinct sur la situation actuelle en Allemagne s’est en revanche nettement amélioré en bondissant à 44,3, contre 14,6 en juillet et alors que le consensus le donnait à 23,0.

Selon l’enquête réalisé par Markit l’indice d’activité des services a progressé à 58,5 en août, à comparer avec 56,5 en juillet et un consensus de 56,3.Ce même indicateur pour le secteur manufacturier a reculé à 58,2, soit son plus bas niveau depuis 6 mois, à comparer avec 61,2 en juillet et un consensus de 60,5.

L’indice composite, qui couvre l’industrie manufacturière et le secteur des services, a progressé à 59,3 en août, soit son niveau le plus élevé depuis 4 mois, contre 59 en juillet.

Le déficit public de l’Allemagne a atteint 3,5% du Produit intérieur brut (PIB) du pays au premier semestre 2010, contre 1,5% pour la même période en 2009, a annoncé mardi l’Office fédéral de la statistique.

La Bundesbank prévoit environ 3% de hausse du PIB en 2010, ce qui ferait de l’Allemagne le champion de la croissance parmi les pays industrialisés du G7.

Le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2,2%, un record sur un trimestre depuis la Réunification il y a 20 ans, selon des chiffres définitifs. En glissement annuel, la croissance est de 4,1%.

L’indice calculé mensuellement par l’institut munichois Ifo est monté à 106,7 contre 106,2 en juillet alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters l’anticipaient en baisse à 105,7. Leurs estimations s’échelonnaient de 103,8 à 107,5

Etats-Unis :

La production industrielle a augmenté de 1% aux Etats-Unis au mois de juillet contre une hausse de 0,5% attendue par les analystes. Le taux d’utilisation des capacités a atteint 74,8% là où le marché attendait 74,6%. Ce taux est à un plus haut depuis septembre 2008.

L’indice des indicateurs avancés du Conference board a enregistré une hausse de 0,1% à 109,8 au mois de juillet conformément aux attentes des analystes. En juin, cet indice s’était replié de 0,3%.

L’indice de la Fed de Philadelphie a chuté de 7,7 au mois d’août contre 5,1 au mois de juillet. Les analystes attendaient au contraire une hausse à 7,0.

Les inscriptions au chômage ont atteint 500 000 lors de la semaine du 14 août contre 488 000 la semaine précédente. Les analystes attendaient une baisse de ce chiffre à 476 000.

Les ventes de logements anciens ont plongé de 27,1% à 3.83 millions d’unités le mois dernier aux Etats-Unis, selon des statistiques publiées mardi par la fédération nationale des agents immobiliers (NAR), les économistes anticipaient une baisse de seulement 8%.

Le neuf s’étant raréfié, l’ancien représente actuellement entre 90 et 95% du marché immobilier américain.

Le marasme du secteur qui a provoqué une crise financière et une récession mondiales a aujourd’hui de multiples conséquences.

Il a dévasté un secteur, le BTP, qui pesait 4,9% du produit intérieur brut en 2006, et plus que 4,1% en 2009, et qui a supprimé plus de deux millions d’emplois ces deux dernières années. Selon des chiffres du département du Commerce, il n’y avait jamais eu aussi peu de logements en construction aux Etats-Unis depuis au moins quarante ans (457.000 fin juillet).

Les commandes de biens durables ont augmenté de 0,3% au mois de juillet après un recul de 0,1% en juin, chiffre révisé de -1,2%. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse de 2,8%. Hors transports, les commandes ont reculé de 3,8%, à comparer avec un consensus Briefing de +0,5%. Le chiffre de juin a été révisé de -0,9% à +0,2%.

Monde :

L’ agence de notation Moody’ s a indiqué le 17 août que la France, les Etats-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne se sont encore rapprochés du moment où ils pourraient perdre leur note maximale  » AAA » , en raison de leurs difficultés budgétaires. L’agence de notation estime dans un communiqué que  » les défis liés aux ajustements budgétaires impliquent que le chemin à parcourir avant un abaissement de la note de ces pays s’est encore réduit »