Affaire Kerviel: refus de négocier de la part de la défense du trader


L’affaire du trader Jérôme Kerviel semble ne pas vouloir s’estomper. En effet, le procès a connu de nouveaux rebondissements ; Jérôme Kerviel ne paiera pas les 4,9 milliards d’euros qui lui ont été demandés comme amende selon Le Parisien.

Au lendemain du verdict jugé excessif par de nombreux noms importants de la scène politique et dégoûtant et immoral par les internautes faisant partie des groupes de soutien qui ont fleuris aux quatre coins de la toile, la Société Générale a laissé entendre qu’elle allait exclure l’option de réclamer l’intégralité de la somme de dommages et intérêts qui lui avait été accordé par le tribunal correctionnel de Paris.

Selon la Société Générale, par l’intermédiaire de Caroline Guillaumin, la directrice de la communication du groupe, il serait immoral de demander une telle somme à une seule personne. Elle affirme également qu’en tant que banque responsable, il serait impossible de faire une telle chose, car le but de cette affaire n’est pas d’endetter cet homme. Cependant, la banque ne renoncera pas à une indemnisation. En effet, le porte parole du groupe a laissé entendre que la Société Générale pourrait s’entendre sur une somme beaucoup plus réduite car la cour a effectivement condamné Jérôme Kerviel.

Cependant, les négociations devront attendre car le trader breton n’a pas dit son dernier mot. En effet, l’ex trader a décidé de préparer son procès en appel, ce qui pourrait vraisemblablement donner une autre tournure a cette affaire. Olivier Metzner, l’avocat de l’accusé a laissé entendre qu’aucune négociation n’était envisageable à ce moment.