L’Assurance Soleil : assurer ses vacances contre le mauvais temps


soleil sourire
Le mois de juillet et août ne sont pas toujours radieux pour les touristes, loin s’en faut. Pluies et nuages occupent parfois le ciel au détriment des vacances ensoleillées dont rêvaient les touristes et vacanciers.

Les voyagistes, eux, profitent de ce temps maussade pour vendre leurs assurances soleil. Inventée en 2008, l’assurance soleil permet aux voyageurs de se voir dédommagés en cas de mauvais temps. Mais la définition de mauvais temps est assez restrictive : sont comptés comme jours ensoleillés ceux qui présentent deux heures de soleil sans nuage entre 10h et 18h. Et la mesure est précise puisqu’un satellite de Metnext, filiale de MétéoFrance, est chargé d’enregistrer l’ensoleillement sur les lieux de villégiature des souscripteurs.

Suivant les agences, les conditions de remboursement et les tarifs de l’assurance soleil varient. Si Marmara, contre 12 euros, garantit 4 jours de soleil par semaine ou un chèque de 300 euros, Pierre et Vacances est moins généreux et n’en couvre que 3 dans son assurance à 69 euros, contre un chèque de 150 euros en cas de mauvais temps.

L’assurance soleil bénéficie logiquement du climat de plus en plus imprévisible de la météo. Elle progresse toujours un peu plus chaque année. En 2010, seules 5% des souscriptions avaient donné lieu à un remboursement, alors qu’en 2011 ce sont près de 25% des vacanciers qui l’ont perçu.