Attention : Ras de marée de PME


Le gouvernement a décidé de contribuer à la relance. La reprise de l’économie passe par une augmentation de la production. Avec la crise financière, l’économie fonctionne au ralenti. L’action prise par le gouvernement est d’encourager la création de PME.

Le premier ministre François Fillon n’y va pas de main morte. En effet il était content de pouvoir se vanter de la création de 500 000 entreprises. Il encourage même les mineurs à fonder leur entreprise. Oui, si vous avez seize ans vous pouvez maintenant fonder votre entreprise!

D’accord, il faut relancer l’économie, mais n’est-ce pas la solution de facilité de simplifier les démarches et de s’en attribuer tous les mérites ? Parlons des sujets qui fâchent : créer une entreprise dans les conditions économiques actuelles est un peu suicidaire. Il est difficile de fonder une entreprise. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, en effet 60 % des PME récemment inscrites n’avaient pas fait de chiffre d’affaires. Il est difficile de ne pas s’inquiéter quand on sait que la majorité de ce genre d’entreprises déposent le bilan durant leurs premières années d’activités.

On adopterait la politique de l’autruche si l’on n’admettait pas ce risque. Le secrétaire d’État aux PME semble faire la sourde oreille à tous ces dangers. Il espère encore atteindre 1 milliard de chiffres d’affaires alors que le constat en octobre était de 383 millions d’euros. On est loin du compte. Pourtant, le premier ministre semble conscient des risques, il accorde que des mesures de soutien doivent être expérimentées sinon on court droit à la catastrophe.

Il faut accorder que la création de PME peut être un outil anticrise. Cela permet aux personnes au chômage de sortir la tête hors de l’eau. Je ne disconviens pas des avantages de cette mesure. Cependant, est-ce que le jeu en vaut la chandelle pour tout le monde ?