Banque publique d’investissement : pour 2013


Le Ministre de l’Économie et des Finances vient de déclarer au cours d’une conférence de presse qu’une banque publique d’investissement sera créée dès 2013. Cette opération entre dans le cadre de la réalisation d’un des principaux engagements du nouveau président français.

Pourquoi créer cette institution financière ?

La banque publique d’investissement que le gouvernement actuel envisage de mettre sur pieds aura pour principal objectif le soutien des sociétés de petite et de moyenne envergure. Elle œuvrera également dans l’appui des jeunes entreprises susceptibles d’apporter des innovations dans le secteur de l’entrepreneuriat. D’après le Ministre de l’Économie et des Finances, la concrétisation de ce projet permettra de booster le financement de l’économie française en intervenant de manière directe au niveau des entreprises.

Vers la concrétisation d’un engagement politique

La création de cet établissement financier entre aussi dans le cadre de l’édification de certains plans d’action émis au cours des précédentes propagandes électorales, notamment le financement de l’économie de l’Hexagone. Il s’agit d’un projet axé sur trois points majeurs, à savoir, la restructuration du dispositif bancaire existant, l’initiation des ménages français aux épargnes qui portent leur fruit sur le moyen et long terme ainsi que la différenciation entre les activités de spéculation et le domaine du financement.

Les potentiels atouts de cette nouvelle banque

D’après Pierre Moscovici, ce nouvel établissement financier se distinguera de ses pairs par la mise en place d’un guichet unique dans différents secteurs géographiques répartis à travers le territoire français. Par ailleurs, le ministre chargé de l’économie affirme également que cette banque sera plus proche des investisseurs et des entrepreneurs, car les régions à potentiel économique élevé seront particulièrement privilégiées. Notons toutefois qu’à l’heure actuelle, le gouvernement n’a pas encore rendu publique la capitalisation de cette banque, car les discussions sont encore engagées à différents niveaux.

source: leparisien