Bientôt la semaine de travail de 32 heures selon la CGT ?


Martinez, le nouveau secrétaire général de la CGT précise déjà ses positions en s’écartant relativement de la position réformiste adoptée par ses prédécesseurs. Affirmant haut et fort, au nom de la CGT, vouloir améliorer les conditions de travail, ce fils d’immigrés espagnol donne un signe de soutien à tous les concernés.

image: cgt.fr
image: cgt.fr

Cette attitude n’est pourtant pas neuve. Martinez avait déjà, du temps où il n’était pas encore en fonction, largement soutenu l’action syndicale menée par la fédération électricité. De même, il affirmait que la CGT s’opposerait à une éventuelle fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Son principal angle d’attaque est pourtant autre, et se focalise sur la réduction du temps de travail à 32 heures, ce qu’il estime être correct, concrètement à ce que certains affirment. Cela permettrait en effet d’améliorer le bien-être de ceux travaillant trop, pour laisser de la place à certains sans-emploi. Par ailleurs, il considère, en se basant sur la situation existante à la centrale de Montreuil, qu’un rapport plus équitable patronat/salariés doit être rétabli. La situation actuelle de supériorité du premier est inacceptable, le dialogue social devant nécessairement se faire bilatéralement.

Enfin, il condamne fermement et ouvertement la loi Macron et certaines de ses dispositions jugées régressives. Celles-ci allant tellement à l’encontre des intérêts du salarié que le progrès social pourrait s’en trouver fortement ralenti.