Budget automobile : stable mais hausse inquiétante des péages et parkings


En rythme annuel, les dépenses des Français consacrées à leur voiture se sont plus ou moins stabilisées en 2014. Si la baisse du prix du carburant a contribué à cette stagnation, d’autres postes de dépenses ont connu une hausse plutôt inquiétante, dont les péages et les parkings.

assurance auto fortuneo

Budget auto stable en 2014 en rythme annuel

L’année dernière, les ménages français ont dépensé en moyenne 5 700 euros pour leur voiture, d’après les récents calculs de Drivepad.fr. Ce chiffre présente une très légère hausse de 0,1 % par rapport à 2013, une croissance toutefois nettement inférieure à l’inflation, ce qui signifie qu’on assiste plus à une stabilisation qu’à une hausse concrète. La chute des prix à la pompe a grandement contribué à cette stagnation, en particulier à la baisse de 0,38 % du poste « utilisation du véhicule ».

L’effet de la chute des prix du carburant reste toutefois insignifiant face à la hausse d’autres postes de dépense. Parmi ces budgets en hausse figurent notamment l’achat de pièces détachées (+ 2,1 %), les réparations (+3,1 %) et l’entretien (+ 2,1 %). Les dépenses liées aux parkings et péages ne sont pas en reste, ces deux postes étant en hausse respectivement de 1,3 % et de 1,4 %.

Un gel symbolique des péages pour alléger les dépenses automobiles

Certes, les dépenses automobiles ont stagné l’année dernière par rapport à 2013. Elles restent toutefois sur une tendance haussière, et ce, presque sur tous les postes. Au cours des 15 dernières années, les dépenses liées au carburant ont ainsi bondi de 70 % pour les véhicules à essence, tandis que celles portant sur l’entretien et les pièces détachées ont augmenté de 60 %. Les budgets péages et parkings ont respectivement augmenté de + 40 % et + 48 %.

Pour enrayer cette hausse constante, ou du moins, pour soulager le portefeuille des ménages, Ségolène Royal a émis l’idée de geler les péages d’autoroutes en 2015, alors que les sociétés gérantes ont demandé une hausse de 0,57 % de leurs tarifs. La ministre de l’Écologie a récemment obtenu gain de cause, le gouvernement ayant décidé de geler les péages depuis le 1er février. Cette victoire demeure néanmoins symbolique, l’essentiel des dépenses automobiles étant consacré à d’autres postes plus lourds.

Source: Le Figaro