Capitalism A Love Story de Michael Moore en DVD


DVD Capitalism A Love Story

Après s’être acharné contre le gouvernement américain de Bush en mettant au clair l’addiction des Américains aux armes a feu (BOWLING FOR COLUMBINE), la mauvaise gestion de l’administration américaine (Fahrenheit 9/11) et la polémique autour du système de santé américain (SICKO), Michael Moore revient au devant de la scène mondiale avec son dernier film qui s’attaque directement au plan de sauvetage gouvernemental des entreprises privées.

Nommé « Capitalism : A Love Story », ce film documentaire s’axe sur la crise financière de 2007 à 2009 et sur sa relance en 2010. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Michael Moore en profite aussi pour s’attaquer à l’ordre économique et au capitalisme en général aux États-Unis. « Capitalism : A Love Story » s’attèle à mettre au clair plusieurs facteurs douteux du monde financier américain tels que l’influence qu’a la compagnie Goldman Sachs à Washington, le niveau de pauvreté, la montée des saisies immobilières et ses conséquences ainsi que la « mentalité casino » de Wall Street.

Le film alterne aussi entre critique et satire, l’une des spécialités de son réalisateur. Plus qu’un simple film documentaire, elle oppose la réalité actuelle des États-Unis au discours de l’ancien président américain Franklin Delano Roosevelt, qui lui garantissait un bon niveau de vie pour tous les Américains, sans prendre en considération leurs statuts sociaux, n’hésitant même pas à citer les systèmes de cogestion où la démocratie a un rôle central, comme des modèles alternatifs au capitalisme.

Michael Moore compte plusieurs films documentaires à son actif et est très connu pour n’avoir pas hésité à critiquer ouvertement le gouvernement dirigé par l’ex-président américain George Bush. À noter qu’il avait supporté Barack Obama durant sa campagne présidentielle.

Note personnelle: pour l’avoir vu, le documentaire fait largement réfléchir sur le pouvoir des grandes sociétés et industries de ce monde, les manipulations de politiciens et les milliards de dollars mis en jeu.