Chine : La bulle immobilière chinoise continue à s’agrandir


La bulle immobilière en Chine continue à gonfler.

Plus de 70 des plus grandes villes du pays sont affectées par cette hausse qui est de l’ordre de 12,8 % sur un an. La ruée vers les logements semble ne pas vouloir s’arrêter d’accélérer dans l’empire du Milieu, qui avait connu un bond de 11,7 % en mars. Les nouveaux chiffres défient encore une fois les pronostics gouvernementaux de Pékin qui avait pris pourtant une série de mesures afin de pouvoir la contenir et restreindre les crédits dans le pays.

Les autorités chinoises devront prendre des mesures encore plus drastiques s’il elles veulent pouvoir éviter la surchauffe de ce secteur. L’agrandissement de la bulle est principalement dû à une politique de crédit facile, notamment dû à des incitations gouvernementales et à une baisse du seuil du premier versement mis en place à une certaine époque.

Pour remédier a cette situation, le gouvernement chinois a déjà dû relever trois fois durant cette année-ci le niveau de réserves obligatoires des banques, ainsi que, de veiller a un durcissement des conditions fiscales d’acquisition de résidences dites « secondaires » et « tertiaires ».

Certains observateurs et analystes financiers du monde entier affirment que malgré cette situation, l’application de nouvelles mesures s’avèrera inutile, car il faudra attendre que les anciennes mesures mises en place fassent pleinement leurs effets.

Il faut savoir que le financement de la diaspora chinoise (Hong Kong, Taiwan, Singapour) a joué un très grand rôle dans le développement immobilier chinois.

Par ailleurs, le prix à la consommation a lui aussi montré des signes d’accélération avec notamment un taux d’inflation de 2,8 %, taux qu’attribuent les économistes au bond de 5,9 % des prix alimentaires.