Cigarettes : des étuis originaux pour cacher des images chocs


À peine les nouveaux paquets de cigarettes avec des images-chocs sont-ils apparus que des étuis avec des images plus chics sont commercialisés. Politique de prévention ou dénonciation de la brutalité du propos ?

La commercialisation de « cache-misère »

Ces nouveaux étuis originaux et chics, vendus entre 50 centimes et un euro, envahissent de plus en plus les rayons des bureaux de tabac. Il est à rappeler que depuis le 20 avril dernier, les buralistes doivent vendre des paquets de cigarettes avec des images-chocs apposées au dos : poumons noircis, mauvaise dentition… soit 14 images brutales montrant les effets néfastes du tabac sur la santé. Cette initiative lancée par le ministre de la Santé a pour objectif d’alerter les fumeurs sur les risques et sur les dangers que provoque la cigarette. Mais ces images ne vont pas faire long feu étant donné que des entreprises à l’instar d’une entreprise lyonnaise ont décidé de fabriquer des étuis originaux pour recouvrir le nouvel emballage et ainsi cacher ces images-chocs. Disponibles en 24 variétés, ces cache-misères n’ont pas pour but de s’opposer à la réforme, mais veulent préserver la sensibilité des enfants.

Un concept qui date de 1993

Ces étuis originaux ne sont pas si nouveaux que ça étant donné que les Belges les ont déjà commercialisés depuis 1993. Cette innovation a été brevetée sous le nom de Facebox. Depuis mars dernier, l’entreprise belge ayant commercialisé ce type de produit a remarqué une augmentation de ses ventes de 20 % à 30 %. En obtenant la licence pour la France en février 2011, David Simon a décidé de créer lui aussi des étuis originaux sous le nom de Slyp. Le concept reste le même : une vingtaine d’images funs, révolutionnaires et vintages visant à embellir les paquets de cigarettes. David Simon souligne que ces nouveaux étuis remettent au goût du jour les étuis en cuir ou en métal devenus trop classiques. Pour le ministère de la Santé, ces emballages vont dans le sens de la campagne anti-tabac en précisant qu’ils sont une preuve que l’on cache la réalité du tabagisme.