Obsèques : préparation lors d’un décès


Moment douloureux, le décès d’un proche doit cependant donner lieu à des obsèques organisées afin de simplifier les procédures qui viennent toujours perturber le deuil.

Il faut tout d’abord penser à déclarer le décès à la mairie s’il a eu lieu au domicile de la victime. Sinon, l’établissement qui avait en charge la personne de son vivant se charge des formalités administratives.

Ensuite, il faut respecter les volontés du défunt si celui-ci en a fait part avant son décès. Si aucun contrat de prévoyance funéraire n’a été préalablement passé, la famille devra faire établir des devis gratuitement auprès des entreprises de services funéraires agréées et choisir celle qui correspond le mieux à ses attentes.
Un délai de 6 jours maximum (hors jours fériés et dimanches) est laissé aux proches pour l’enterrement ou la crémation du défunt.

Dans le cas d’une crémation, la famille ne peut en principe plus se partager les cendres, et la conservation de l’urne au domicile doit être spécifiée dans ses dernières volontés. Les cendres peuvent être dispersées dans un jardin du souvenir ainsi que dans la nature loin de la voie publique avec une déclaration en mairie.

Pour un enterrement, une concession funéraire individuelle, collective ou familiale doit être obtenue. Elle varie entre 5 et 50 ans, et est parfois même perpétuelle.

Les funérailles ont toujours un coût assez élevé, du fait des éléments obligatoires : cercueil étanche avec 4 poignées, véhicule de transport, concession ou crémation et urne funéraire. Les héritiers doivent le prendre en charge en proportion de leur part d’héritage, mais la banque du défunt accepte généralement de débloquer 3050€ maximum sur présentation de la facture si la personne avait des ressources insuffisantes.