Conseils pour bien choisir sa couverture santé en période de chômage


Les garanties d’une bonne Mutuelle restent prioritaires même en cas de chômage, pour bénéficier d’un remboursement essentiel en cas d’hospitalisation ou de consultations médicales. Il est ainsi crucial de bien choisir sa couverture santé durant cette période. Quelques astuces s’imposent.

Signer un nouveau contrat individuel

Bien avant de se retrouver au chômage, il est souvent avantageux de souscrire une mutuelle individuelle. Cette couverture s’ajoute aux garanties proposées par la mutuelle d’entreprise, renforçant ainsi la protection santé de l’individu, même durant sa période d’inactivité. Si vous cumulez déjà les deux contrats, pensez à communiquer à l’assureur individuel votre futur changement de statut. Certains organismes accordent en effet des réductions des cotisations, voire des exonérations, aux chômeurs. Ces avantages restent néanmoins soumis à quelques conditions d’ancienneté. Les remboursements sont par ailleurs plafonnés en cas d’incidents maladies ou d’hospitalisation. Vous pouvez résilier votre contrat personnel dès que vous trouvez un autre employeur proposant une couverture obligatoire.

Du choix des garanties et du partage de mutuelle

En période d’inactivité, il est possible d’économiser sur les cotisations de mutuelle. Il suffit de bien choisir ses postes de remboursement prioritaires, souvent la garantie hospitalisation et les frais médicaux. Dans certains cas, les frais d’optique et dentaires peuvent être également privilégiés. Pour profiter d’une couverture optimale sur l’ensemble des postes, vous pouvez rattacher votre contrat à celui de votre conjoint ou partenaire pacsé. Cette solution permet d’alléger jusqu’à 20 % vos cotisations mensuelles. Des mutuelles et assureurs offrent même leurs couvertures gratuitement durant la période de chômage.

La mutuelle obligatoire de l’entreprise

En attendant de trouver un nouvel emploi, vous bénéficiez sur une période allant de 1 à 9 mois après le licenciement de la mutuelle obligatoire de votre ex-employeur. Ce dernier continue de cotiser sa part de responsabilité dans votre contrat d’entreprise. Cette participation réduit amplement les charges laissées à votre compte. La couverture obligatoire est toutefois limitée dans le temps, d’où l’importance de chercher et souscrire un autre contrat santé avant l’échéance de l’engagement de l’entreprise.