Crédit immobilier : une prochaine hausse en vue…


Durant l’été, les taux de crédit immobilier se sont stabilisés ; quelques fois, ils ont même diminué. Cependant, cette situation ne saurait durer…

Prêter, oui, mais…

Il est toujours possible pour les particuliers, spécialement ceux dont les profils sont les moins risqués, d’emprunter à des taux avantageux auprès de leurs banques. Les organismes prêteurs veulent reconstituer leurs marges sur le crédit et donc, privilégient les dossiers solides. De fait, il devient difficile de négocier les conditions de prêt, de plus en plus strictes et contraignantes. Les institutions financières jouent la carte de la prudence dans ce contexte économique.

Le cas de l’OAT…

Selon les analystes, les taux des crédits immobiliers vont bientôt repartir à la hausse. La chute du taux d’intérêt à long terme amorcée depuis le mois d’avril explique leur stabilité actuelle. En effet, les banques ont pour base de référence l’OAT, dont le taux est passé de 3,80 % à 2,45 %. Cette baisse vertigineuse a permis à certaines banques telles que le Crédit Agricole, BNP Paribas ou Crédit Mutuel de refaire leurs marges, mais cela ne s’avère pas suffisant…

Les impacts des règlementations bancaires

Après la crise financière de 2008, les gouverneurs des banques centrales ont établi de nouvelles règlementations prudentielles, et des réformes financières afin de sécuriser les épargnes des particuliers. Ces règles imposent aux établissements financiers d’avoir des ressources suffisantes pour financer leurs fonds propres. En plus de cela, des agences se chargent de les évaluer et de leur attribuer des notes. Et, le coût de refinancement coûte de plus en plus cher.