Dépense de logement : taux d’effort jugé trop élevé en France


Selon une enquête de Sofinscope, les Français consacrent en moyenne un tiers de leur revenu pour se loger. Le taux d’effort exigé aux ménages pour leur logement impose de réduire les autres dépenses de consommation.

Logement : taux d’effort aux alentours des 23 %

Selon une publication récente du Sofinscope, les Français utilisent en moyenne un tiers de leur revenu pour se loger. Si l’enquête fait état de 780 euros de dépenses mensuelles consacrées au logement pour les propriétaires pour les remboursements de crédit, les locataires, eux, en ont pour 520 euros pour le loyer. Le taux d’effort moyen pour le logement est alors de 23 %, pourcentage qui diffère selon les cas. En effet, les ménages louant leur habitat y consacreront autour de 35 % de leurs revenus tandis que ceux possédant leur maison s’en sortiront avec uniquement 15 %. Ce taux peut s’élever jusqu’à 32 % en cas de remboursement de crédit immobilier en cours. Un tiers des personnes interrogées estiment la charge allouée au logement trop importante par rapport à leurs revenus.

Moins de dépenses de consommation

Le taux d’effort actuel exigé pour se loger a des répercussions sur la consommation des Français, selon la même enquête de Sofinscope. En effet, les personnes sondées estiment que cette situation les oblige à faire des choix quant à leur dépense. Si les locataires subissent particulièrement le phénomène, les propriétaires déclarent moins en pâtir. L’enquête révèle en outre que près de 46 % des personnes louant leur logement déclarent avoir des difficultés pour honorer leur loyer. Ainsi, 70 % des enquêtés optent pour une diminution de leurs dépenses de consommation pour faire face à leurs dépenses de logement, tandis que 46 % songent à déménager.