En France, Moody’s pénalise les hôpitaux publics


La note attribuée par Moody’s au secteur hospitalier est affectée par le contexte financier défavorable. L’analyste dégrade son évaluation sur les centres hospitaliers.

Moody’s dégrade fortement son évaluation

L’analyste Moody’s a constaté que certains hôpitaux français accusaient un fort déclin de leurs situations financières. Il mentionne notamment la faiblesse du CHU de Fort-de-France situé en Martinique. Dans son évaluation consacrée aux CHU ou Centres Hospitaliers Universitaires, il a ajusté sa note à la baisse à A1, alors qu’elle était précédemment à Aaa. Les CHRU ou Centres Hospitaliers Régionaux Universitaires n’ont également pas été épargnés par une mauvaise notation. Ces derniers ont vu leur note baisser de Aaa à Baa1. L’Agence a également ajouté que ces évaluations se trouvent actuellement sous surveillance négative. Il faudra donc s’attendre à de nouvelles dégradations au cours des 3 prochains mois.

Une situation financière défavorable

En France, les hôpitaux publics visent l’équilibre financier d’ici à 2017. Cela apporte toutefois certaines contraintes sur le budget, qui pourrait encore intensifier la contraction de leur trésorerie. La Fédération hospitalière de France ou FHF a soulevé vendredi le manque de financement des centres hospitaliers. Elle estime que ces difficultés financières sont dans une certaine mesure imputables aux problèmes du groupe bancaire Dexia. Elle précise dans un communiqué de presse que leur besoin en trésorerie non couvert atteint actuellement 1,3 Mds d’euros. Du côté des investissements, ils doivent encore trouver un financement de 2 Mds d’euros. Globalement, Moody’s a souligné la faiblesse de la gestion de l’État sur les hôpitaux publics. Il estime que celle-ci ne donne pas les résultats escomptés préalablement.