Fabrice Tourre « Fabulous Fab » le mathématicien français inventeur d’Abacus (Goldman Sachs)


Fabrice Tourre

L’affaire Goldman Sachs, qui avait fait couler beaucoup d’encre lors de son exposition au grand public, se concentre autour du scandale de la plus puissante banque du monde et qui implique un jeune mathématicien français du nom de Fabrice Tourre, auditionné par le sénat américain.

Les dirigeants de cette banque d’affaires sont passés devant le sénat après la découverte d’une série de mails compromettant par la sous-commission des finances.

La principale accusation qui pèse sur cette banque, qui emploie 32,000 personnes et qui avait été sauvée de la faillite grandement par le plan de sauvetage du gouvernement américain, c’est d’avoir profité de la crise des subprimes pour faire fortune au détriment de certains de ses clients. Il est bon de noter que plusieurs anciens cadres de cette banque ont intégré l’administration Obama dans le but de fuir les charges qui pesaient sur eux.

De son côté la SEC (Securities and Exchange Commission), plus communément appelée le « gendarme de la bourse américaine » par les analystes financiers, a logé une plainte de vingt-deux pages contre Goldman Sachs dans laquelle elle remet en cause les méthodes de cette banque.

Les principaux reproches que pèsent sur Goldman Sachs c’est une manque de transparence au niveau de ses activités financières, un lot de courriels électronique qui a été échangé par ses dirigeants et des spéculations sur la baisse des cours (ayant anticipé l’effondrement du marché immobilier américain pour se faire de l’argent illégalement).

Le plus bizarre dans cette affaire c’est que seul Fabrice Tourre, un prodige des mathématiques travaillant pour Goldman Sachs, a reçu une convocation nominative du Sénat.

Inventeur de l’« ABACUS », produit financier qui est à l’origine de la fraude, le jeune homme est soupçonné d’avoir fait des déclarations trompeuses et d’avoir aussi gardé secret des faits essentiels concernant cette affaire.

Pour sa défense, la banque aurait retenu les services de Lloyd Blankfein, qui présente la banque en tant que victime, car elle aurait perdu 1, 2 milliards de dollars dans les titres liés à l’immobilier résidentiel.

source