Loyers : hausse de 2,24 % de l’indice IRL

L’indice IRL (=Indice de Référence des Loyers), valeur sur laquelle se calcule l’augmentation annuelle des loyers, a progressé de 2,24 % à la fin de ce premier trimestre 2012. Ainsi, les contrats de bail expirant au cours de ce mois pourront être rehaussés en conséquence.

La plus forte hausse de l’IRL depuis 2009

Conséquence de l’inflation, qui s’est envolée de 0,8 % au cours du mois de mars, affichant ainsi 2,3 % de progression annuelle, l’indice IRL a connu une hausse de 2,24 points. Ce dernier, valeur sur laquelle se calcule annuellement l’augmentation des loyers connait alors cette année sa plus forte montée depuis trois ans. En effet, au cours des trois premiers mois de l’année 2009, cette valeur de référence atteignait 2,38 %. La hausse générale des prix à l’étiquette constatée depuis 2011 s’est alors poursuivie au cours des trois premiers mois de cette 2012, entraînant avec elle le fameux indice sur lequel se calcule l’ajustement annuel des loyers.

La loi du 6 juillet 1989

Ainsi, à compter de ce mois d’avril 2012, les loyers seront rehaussés de 2,24 % pour les contrats de bail expirant en mars dernier. Les baux concernés sont ceux comportant une clause stipulant un tel réajustement annuel. Plus précisément, l’indice récemment paru concerne les contrats de bail des locaux régis par la loi du 6 juillet 1989, c’est-à-dire tout logement principal ou servant d’habitation et de local professionnel, ainsi que les dépendances. Les habitations secondaires et les logements meublés ne sont pas soumis à cet indice. Si l’indice IRL a connu une hausse de 2,24 % en ce début du mois d’avril, il a cependant été constaté que les prix pratiqués sur les nouveaux baux sont restés stables au cours des trois premiers mois.

L’immobilier sera moins surévalué en 2012, nous prédisent les experts

Les professionnels de l’immobilier prédisent une chute des prix sur le marché français pour cette année 2012. Les tarifs seraient en effet réajustés et tendraient vers plus de réalisme, à la veille des élections présidentielles.

Chute des prix et des volumes des ventes

Les analystes de l’immobilier font le constat d’une chute de 5 à 10 % des tarifs de l’immobilier dans la région de l’Ile de France et à Paris. Si les experts demeurent prudents en regard à la difficulté de toute prévision dans le secteur, tous les indicateurs semblent démontrer une tendance à la baisse des prix de l’immobilier dans toute la France ainsi que du volume général des ventes. Ce dernier pourrait reculer de 20 %, sans toutefois subir la récession historique que le secteur a connue au cours de l’année 2008. La région parisienne, généralement épargnée par les quelques baisses d’activités constatées dernièrement dans l’immobilier semble cette fois-ci être plus touchée.

Des biens moins surévalués

La hausse perpétuelle des prix de ventes pratiquées dans l’immobilier semble alors moins attendue pour cette année 2012. Les experts prédisent un réajustement de la valeur des biens proposés, qui jusqu’alors ont bénéficié d’une surévaluation constante. Pour 2012, les biens anciens seront moins sujets aux surenchères, les acquéreurs se feront plus exigeants sur la qualité et attendront le moment propice pour investir, affirment les experts. Malgré le volume des transactions qui chuterait de 15 à 20 %, l’investissement immobilier demeure le placement le plus sûr aux yeux des Français. La baisse des prix des biens sera cependant toujours relativisée par une offre en perpétuel déséquilibre par rapport à la demande, offre et demande qui souvent sont fonction des zones concernées.

Immobilier : faut-il acheter quand les prix baissent ?

Si la baisse des prix dans l’immobilier peut inciter à l’achat, d’autres analystes craignent un effet contraire sur les investisseurs. Ces derniers pourraient en effet douter de la sûreté d’un placement dans un secteur en perte de valeur.

immobilier

La moitié des épargnes pour l’immobilier

Si les professionnels du secteur constatent actuellement une baisse du prix de l’immobilier, les interrogations persistent quant à la pertinence d’un placement dans la pierre. En effet, le contexte général du moment fait redouter aux propriétaires un bilan négatif de leur investissement, compte tenu de la faible rentabilité qui est de 3 à 4 % annuellement, conséquence d’une perte de valeur du bien, estimée à 8 voire 10 % par an. Il faut savoir qu’en France, près de 13 à 14 milliards d’euros sont chaque année épargnés, dont 20 % en livret d’épargne et 20 % placés dans les banques. Le reste est destiné à l’achat d’un bien immobilier, investissement assez coûteux qui mobilise presque toute l’épargne.

Jouer sur les dernières mesures incitatives

La baisse des prix de l’immobilier pousse paradoxalement les professionnels à se demander si le secteur représente encore le placement idéal pour l’épargnant. Pourtant, d’autres analyses poussent à la prudence et prédisent des lendemains moins moroses pour le secteur, compte tenu des facteurs multiples, dont la pression de la demande qui pourrait rehausser sinon stabiliser les prix. Pour cette année, la fin des mesures gouvernementales en faveur de l’investissement immobilier et la difficulté d’accéder aux crédits bancaires compliqueront encore plus le placement dans ce secteur. Mais des solutions existent pour optimiser l’investissement foncier en jouant sur le reste des dispositifs incitatifs, dans le neuf ou dans l’ancien, voire dans les Ehpad, ces habitations destinées aux personnes âgées.

source: challenges

Top 10 des villes au monde où les loyers sont les plus élevés

Certaines grandes villes affichent des tarifs de loyer vraiment exorbitants. Voici les 10 villes au loyer le plus cher au monde.

Tokyo

Tokyo en première place

En première position, on retrouve Tokyo, capitale trépidante du Japon qui malgré la baisse engendrée par le Tsunami en 2011 affiche encore les loyers les plus chers au monde. Au deuxième rang, on retrouve Londres qui constitue désormais la ville au loyer le plus cher en Europe. Il faut payer au minimum 2 565 euros par mois pour pouvoir y habiter.

Moscou se retrouve à la troisième place, si l’année dernière, il occupait la deuxième place, les habitants y payent 2 540 euros par mois. La ville de Caracas au Venezuela se situe à la quatrième position, suivie de Hong Kong en Chine où le montant du loyer a beaucoup progressé pendant l’année 2011. L’État de Singapour occupe la sixième place.

Les villes européennes

À la septième place se situe la ville de Genève, suivie à la huitième place par Sydney qui affiche des villas de luxe au loyer exorbitant. La ville colombienne Bogota se retrouve à la neuvième place. Stockholm qui détient la 10e position a constaté une progression du prix du loyer à hauteur de 3,5 %, soit 1 090 euros par mois.

Les célèbres villes comme Paris ou New York n’intègrent donc pas le top 10. Paris se retrouve à la 14e place dans le classement mondial et seulement au sixième rang pour le classement européen, malgré une augmentation permanente des loyers durant les derniers mois. Pour habiter dans un appartement à 3 pièces à Paris, il faut dépenser 1 650 euros par mois au minimum. Enfin, New York se retrouve plus loin à la 18e place.

image: tourisme tokyo, source: lefigaro

Concours : Meilleurtaux offre 1000 euros à 100 clients

Meilleur portail dans la catégorie « immobilier » grâce à la qualité de ses services, Meilleurtaux ne cesse d’offrir de nouvelles possibilités à ses clients, afin qu’ils puissent réaliser plus facilement leurs projets. Le courtier commence la nouvelle année avec une offre exclusive intéressante, permettant à 100 de ses clients de gagner 1000 euros.

meilleur taux concours

C’est parti pour l’opération « 1000 euros à gagner pour 100 projets immobiliers »

Le coup d’envoi a déjà été donné pour le programme « 1000 euros à gagner pour 100 projets immobiliers » de Meilleurtaux.com. Selon les explications d’Hervé Hatt, directeur général du site, le principal objectif est de soutenir les particuliers dans la concrétisation de leurs projets immobiliers. L’offre concerne notamment les clients qui auront souscrit une demande de crédit immobilier entre le 30 janvier et le 31 mars 2012. La souscription peut se faire soit en se rendant directement dans l’une des 94 agences du courtier, soit sur le site Internet de meilleurtaux.com. Vu la difficulté que traverse la France actuellement dans le domaine du logement, investir dans les patrimoines immobiliers est certainement un moyen efficace pour mieux préparer sa retraite.

Les tirages au sort

L’opération consiste à tirer au sort 100 clients parmi tous ceux qui ont souscrit une demande de crédit immobilier durant la période considérée. Les tirages au sort, 100 au total, se tiendront en juillet et en septembre et la promotion de l’opération sera assurée par BFM TV et quelques sites internet. Ainsi, les gagnants se verront remettre un chèque de 1000 euros. C’est donc une manière, pour Meilleurtaux, de contribuer à l’avancement des projets immobiliers de ses clients, en augmentant leur apport personnel de cette coquette somme. Et conformément à l’objectif du courtier d’aider les particuliers à la recherche d’un crédit immobilier, l’offre s’adresse à tout le monde.

Qu’est ce qui marche le mieux pour vendre un bien immobilier en France ?

Le site internet immobilier MeilleursAgents.com vient de réaliser une étude concernant les modalités de vente et d’achat privilégiées par les Français. Tour d’horizon des pratiques les plus courantes.

Quelques statistiques sur les pratiques les plus usitées

D’après les sondages réalisés par Meilleurs Agents, plus de la moitié des acheteurs et des propriétaires français recourent à la fois aux services d’une agence immobilière et d’un prestataire spécialisé en relation entre particuliers pour vendre ou acheter un bien immobilier. En effet, 60 % d’entre eux optent pour cette méthode lors des premières démarches. Toutefois, les statistiques indiquent que les transactions réalisées auprès d’une agence immobilière s’avèrent plus fructueuses avec un taux de succès de 68 % contre 19 % pour les prestataires spécialisés en relation entre particuliers. Toujours d’après les analyses de MeilleursAgents.com, les mandats exclusifs ont davantage la cote auprès des vendeurs de biens immobiliers.

Recours aux services d’une agence immobilière : une démarche qui paie

Le site mentionne également que les agences immobilières se révèlent 3 fois plus performantes que les autres prestataires. En effet, les acheteurs sont satisfaits des prestations dispensées par les agences puisque 79 % d’entre eux ont pu faire leur acquisition grâce à ce réseau. Quant aux achats immobiliers effectués via les services de particulier à particulier, le taux de réussite des transactions n’atteint que 26 %. En ce qui concerne les vendeurs, 70 % d’entre eux ont pu vendre leur bien immobilier après avoir fait appel à une agence immobilière, contre 28 % pour les transactions réalisées par un prestataire de services de particulier à particulier.

francais immobilier

source

Perte du triple A de la France : les conséquences sur le marché immobilier

Quelques jours après la dégradation de la note souveraine de la France par Standard & Poors, les analystes ont livré des prévisions peu rassurantes pour le marché immobilier.

Les taux de crédits prévus à la hausse en 2012

Après la perte de la note AAA de la France le vendredi 13 janvier, le marché s’attendait à ce que le taux des emprunts d’État reparte à la hausse. Ce qui fut réellement le cas, puisqu’il a sensiblement progressé depuis quelques semaines pour s’établir actuellement à 3,1 %. Si la progression persiste, les courtiers et les analystes financiers prévoient que les taux des crédits bancaires et des prêts immobiliers s’apprécieront certainement d’ici quelques mois. Empruntis.com table pour sa part sur une augmentation de 0,5 % du taux des crédits immobiliers sur 20 ans pour atteindre 4,7 % à fin juin. Concrètement, la perte du triple A français obligera les emprunteurs à payer plus cher leur crédit immobilier.

Le marché immobilier ne sera pas épargné

Dans la logique des choses, si la plupart des créanciers se mettent à relever leurs taux de crédits, les emprunteurs verront les mensualités de leur emprunt immobilier croître. Plusieurs ménages se trouveront alors exclus du marché de l’accession, une situation qui affectera grandement le volume des transactions immobilières en 2012. Les courtiers anticipent même une réduction d’un tiers des acheteurs potentiels cette année, qui fera chuter à 700 000 le nombre de ventes, contre plus de 1 million auparavant. S’ensuivra alors une diminution probable du prix de l’immobilier dans son ensemble.

source : challenges

Terrains constructibles : révision de la taxation

Hausse des valeurs locatives

Les propriétaires fonciers s’inquiètent déjà d’une hausse probable des valeurs locatives. En effet, les plus-values sur les ventes de terrains constructibles seraient applicables dès 15 ans si elles ne l’étaient qu’à partir de 30 ans. Néanmoins, seuls 20 % de la plus-value seront exonérés à partir de 15 années.

Entre taxes et taxes…

Pour rappel, la loi ENL ou Engagement national pour le Logement, du 13 juillet 2006 avait déjà permis aux communes de majorer jusqu’à 3 euros par m², la valeur locative des terrains constructibles de plus de 1000 m². Elle s’applique dès la première vente de terrains qui sont devenus constructibles au bout de 18 années. La loi de la modernisation de l’agriculture et de la pêche, de juillet 2010 a également instauré une autre taxe qui s’applique sur la première cession de terrains constructibles dont le prix de revente équivaut à dix fois le prix d’achat initial.

La fin d’une longue bataille ?

Pour leur part, les propriétaires immobiliers ont réussi à éviter la majoration en divisant leurs terrains en parcelles de moins de 1000 m². En réaction à cela, la 1re loi des finances restrictives pour 2011 va s’appliquer en début 2012 sur toutes les parcelles contigües appartenant à une même personne. Enfin, pour se préparer au nouveau système de taxation, les députés ont adopté un amendement à la 4e Loi des finances rectificatives pour 2011 afin de reculer d’une année l’application de cette nouvelle réforme. Cette période transitoire contribuerait à éviter le blocage des opérations en cours.

source : lefigaro

Comment habiter un HLM ?

Les logements à loyers modérés accueillent près de dix millions de personnes en France. Mais quelles sont les démarches à suivre pour être locataire ?

Présenter un dossier solide…

Les 4,2 millions d’HLM qui existent dans toute la France sont gérés par 800 organismes agréés par l’Union sociale pour l’habitat. Les demandeurs de logement peuvent s’adresser à leur mairie, leur préfecture, les organismes collecteurs du 1 % logement ou tout simplement un organisme HLM. Le candidat remplit alors un dossier de base complet qui précise le montant de ses revenus et sa composition familiale ; il doit également présenter des papiers en règle. La commission d’attribution, composée du maire de la commune et de représentants d’organismes HLM se charge d’étudier les dossiers.

Les points pratiques…

C’est la préfecture qui fixe la durée d’attente selon les tendances du marché de l’immobilier. Le délai d’attente moyen pour l’attribution se situe entre 3 et 6 ans. Si après cette période, le candidat n’obtient toujours pas d’HLM, il peut saisir la commission de médiation qui va appliquer le droit au logement opposable (DALO). En ce qui concerne la durée pour une location, aucune limite n’est fixée. Toutefois, à partir du moment où le locataire dépasse le plafond des revenus autorisés, il doit quitter l’habitation. S’il le fait de son propre gré, il envoie un courrier recommandé notifiant son souhait de quitter les lieux. En ce qui concerne les locataires qui font l’objet d’impayés, les organismes habilités peuvent les expulser, si aucun compromis n’est trouvé.

source : Le Figaro

Immobilier : Hausse des taux d’intérêt prévue en 2012

Selon Meilleurtaux, les taux d’intérêt d’emprunt immobilier devraient repartir à la hausse en 2012. Et les prix des maisons à la baisse.

Actuellement, les taux de prêt pour acheter une maison oscillent entre 4% et 4,40% pour un terme fixe entre 15 et 25 ans. La hausse prévue des taux se fera de manière progressive et non brutale, mais elle est inévitable. C’est une conséquence logique de la montée des taux d’obligations des banques.

Et les prix de l’immobilier en général vont continuer à baisser. Déjà en 2011, une chute d’environ 3% a été constatée sur le territoire par rapport à l’an dernier. Avec une hausse des prix des maisons de 100% en 10 ans et un pouvoir d’achat des ménages au plus bas (la hausse des salaires ne suit pas la hausse dans l’industrie immobilière), ce n’est pas une mauvaise chose en soi car cela donnera un peu de répit à la flambée des prix de la pierre.

D’après le Crédit Agricole, le prix des propriétés pourrait baisser jusqu’à -6% dans l’ancien l’année prochaine.