La ministre de l’économie française s’oppose à Angela Merkel


La ministre de l’économie française, Christine Lagarde, a récemment rejeté les avertissements de la chancelière allemande, Angela Merkel, concernant la fragilité de l’euro en insistant que selon elle, cette monnaie ne serait pas en danger.

Christine Lagarde s’est aussi opposée à l’interdiction de la vente à découvert. Lors d’une interview accordée à la RTL, la ministre affirme qu’elle ne croit absolument pas que l’euro soit en danger. Elle a aussi affirmée qu’il y existerait certes une marge de fluctuation, mais que l’euro est une monnaie crédible.

Tout en prenant ses distances de l’avertissement de Merkel, Christine Lagarde a précisé que la France ne suivrait pas l’interdiction unilatérale de l’Allemagne concernant la vente à découvert de certains stocks et obligations.

Les traders allemands ont été interdits de vendre a découvert les stocks et obligations de la zone euro. Dans ce contexte (la vente à découvert), les traders vendent des stocks qu’ils ne possèdent pas encore, puis ils les achètent ou les empruntent à des taux inférieurs avant qu’ils n’aient en s’en séparer. Ainsi, ils peuvent empocher la différence, ce qui a un effet néfaste sur les monnaies concernées.

Durant cette interview, la ministre a insisté sur le fait que la France ne suivra pas la décision de Berlin sur la restriction des obligations qui se retrouve au cœur des troubles financiers de l’Europe.

Lagarde a aussi tenu à soulever que la décision qu’a prise Merkel aurait dû être soumise à ses partenaires européens avant d’être appliquée, ce qui vient rejoindre les propos de la Commission européenne (qui affirme que la consultation au niveau international aurait été préférable).