La recapitalisation des banques pour faire face à la dette souveraine ?


Pour les économistes de l’EBA et du FMI, l’heure est désormais au refinancement de fonds propres des banques afin d’anticiper sur les situations tendues qu’engendrera la dette souveraine des pays occidentaux.

Renforcer les capitaux propres des institutions financières

Près de 3 ans après la crise financière amorcée par la faillite de la banque Lehman Brothers, de nombreux économistes préconisent un renforcement préalable des capitaux propres des établissements financiers. Selon eux, le système financier des pays occidentaux est actuellement fragilisé par ce qu’ils appellent « l’enchevêtrement entre les dettes publiques et privées ». Concrètement, il s’agit pour les organismes bancaires d’anticiper les défauts sur la dette souveraine en procédant notamment à une recapitalisation. Auparavant, il était question de laisser aux banques le temps de se reconsolider afin qu’elles puissent ensuite favoriser la relance économique. Cette stratégie s’est avérée être un échec puisque les États en déficit ont trop sollicité les marchés obligataires, bloquant ainsi les institutions financières.

Les propositions du FMI

Comme solution alternative au problème de la dette, la mise en place d’une mutualisation par l’intermédiaire de l’euro-obligation a effectivement été envisagée. Mais la faible pente affichée par la croissance économique a rendu cette solution inefficace pour résorber la dette. Désormais, le renforcement des fonds propres des banques reste donc la solution privilégiée par certains analystes. Et pour ce faire, le FMI, Fonds monétaire international, ainsi que l’EBA, European Banking Authority, proposent d’utiliser le FESF, Fonds européen de stabilité financière, pour consolider les institutions de financement. Une autre reconsidération est cependant également à l’étude : donner la priorité à la relance immédiate et d’aller dans le sens d’un désendettement en pente douce.