La réforme apportée au livret A


La réforme du plafond du livret A est un engagement pris par François Hollande depuis sa campagne présidentielle. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a ainsi accordé une rehausse de 25% applicable dès la moitié de ce mois de septembre, suivie par une seconde augmentation de 25% vers la fin de l’année.

Une augmentation de 25 % prévue pour la mi-septembre

Le 22 août dernier, le ministre de l’Économie Pierre Moscovici a confirmé l’augmentation du plafond du livret A. Selon les propos de ce dernier, une rehausse de 25 % sera mise en place vers la moitié de ce mois de septembre et le montant maximum épargné peut donc atteindre 19.125 euros. À titre d’information, une rehausse de 25 % sera prévue vers la fin de l’année. Toujours selon les propos du ministre de l’Économie, le projet de doublement du plafond du livret A est toujours d’actualité et sera effectif en fonction des besoins en construction de logement social. Lors de cette conférence de presse, Pierre Moscovici a également mentionné que la hausse du plafond du livret A n’affecte en aucun cas la fiscalité appliquée en la matière.

Conséquences de la rehausse

La hausse du plafond du livret A figure dans le cadre d’une réforme complète de l’épargne réglementée vers la fin de cette année 2012. Elle financera la construction de 150 000 logements sociaux par an. Depuis l’annonce de cette hausse, une collecte nette de 13,29 milliards d’euros a été enregistrée depuis janvier 2012 ; un résultat largement supérieur à celui de la même période en 2011. Toutefois, l’augmentation du plafond du livret A ne profite qu’aux personnes ayant la capacité de placer une épargne pouvant atteindre ce seuil maximal. Par ailleurs, la réforme du livret A n’est pas favorable aux institutions bancaires, car d’après les propos recueillis auprès de la Fédération bancaire française, elle aurait un impact négatif sur la capacité des banques françaises à financer l’économie.