La réforme du système financier semble être l’arme fatale du président Barack Obama


Le président américain Barack Obama a laissé récemment entendre que pour prévenir une éventuelle crise financière, la solution la plus plausible serait de réformer l’actuel système financier des États-Unis d’Amérique. Une nouvelle mesure qui affectera principalement les contribuables.

La réforme financière sera la prochaine mesure législative majeure que Barack Obama compte faire passer cette année. Cependant, cela ne sera pas une mince affaire, principalement par la forte opposition des sénateurs républicains. Dans le message qu’il adresse de façon hebdomadaire aux radios et aux sites internet, le chef de la Maison Blanche a fait ressortir que si personne ne fait quelque chose pour changer ce qui a amené la crise, sa répétition ne sera plus que plausible. Il poursuit avec le fait que si cette réforme n’est pas appliquée, ce sera les contribuables qui seront les plus touchés par cette crise financière.

Du côté des sénateurs démocrates, une proposition de loi visant à créer un mécanisme de liquidation est en pleine préparation. Elle aura pour fonction majeure la régulation de grandes entreprises financières afin d’éviter une nouvelle crise. Ce sera une première dans l’histoire des États-Unis, car aucun gouvernement au pouvoir n’avait réglementé des produits et des instruments financiers dont la valeur était basé sur des actifs.

La création de cette reforme verra aussi la création d’un comité spécial qui aura pour fonction l’identification des menaces qui pèsent sur le système financier, la mise en place d’une agence de protection des consommateurs qui fonctionneront en tant que régulateur entre les institutions financières et les particuliers.

Le principal obstacle sur le trajet de cette réforme semble être le refus catégorique de tous les sénateurs républicains, ce qui posera un sérieux problème, car pour l’adoption d’une nouvelle législation, il faut compter 60 voix.