La Taxe Carbone et le Chèque Vert révisés


Les nouvelles mesures financières pour l’année 2010 sont pleines de surprises et de nouveaux projets de loi.

L’une de ces mesures attendues est la nouvelle réforme de la taxe de carbone. Cette taxe environnementale est une façon efficace qu’a trouvée le gouvernement pour modérer le taux de pollution effectué par les gens à travers le pays et qui influence directement sur le réchauffement climatique.

La taxe carbone a fait l’actualité depuis pas mal de temps déjà. Pendant les multiples discussions survenues en décembre 2009, il a été décidé que le chèque vert sera établi pour compenser la nouvelle hausse de la taxe carbone en 2010 qui prévoyait une augmentation pour les ménages et les entreprises car la consommation des carburants, du gaz et du pétrole a augmenté drastiquement.

Chèque Vert: une compensation de 46 euros par adulte pour ceux qui sont en région urbaine et 61 euros sera versée pour ceux en milieu rural. La première date pour recevoir ce chèque était le 15 février 2010 mais la révision des nouvelles hausses est toujours en cours.

Après pas mal de discussions et des réformes non accomplies, les autorités n’ont toujours pas pu arriver à une conclusion pour établir le taux de cette taxe qui sera en vigueur pour cette année (normalement le 1er juillet 2010).

Les discussions ont été figées suite à une grande polémique du conseil constitutionnel. La loi de taxe carbone a subi bon nombre de critiques parmi lesquelles on peut retenir l’inégalité des taxes publiques et les effets néfastes contre le climat.

Le point relevé lors des débats montre que ce sont les industries qui sont responsables en majeure partie (environ 93 %) du réchauffement climatique.

La hausse de la taxe de carbone pour les ménages est ainsi inutile.

Suite à ces diverses perceptions, il a été décidé que la révision des prix de la taxe de carbone sera réévaluée le 1er juillet. Les nouvelles dispositions et les étapes à suivre seront énumérées le 20 janvier 2010 lors du conseil des ministres.

Le public doit s’attendre à tout, alors affaire à suivre…