L’augmentation d’impôts : une solution pour diminuer les dettes ?


Face à la crise, plusieurs candidats à la présidentielle suggèrent l’augmentation des impôts comme solution. Mais cette mesure sera-t-elle efficace ?

Un déficit considérable en 2011

Nicolas Sarkozy comme François Hollande, les deux principaux candidats à la présidentielle proposent plusieurs solutions pour faire face à la crise économique. En effet, les résultats publiés en 2011 ont été critiques pour la France, car le déficit public occupait 5,3 % du PIB. Si Nicolas Sarkozy promet un déficit à hauteur de 4,5 % cette année, François Hollande demeure prudent en rallongeant le délai jusqu’en 2017. Mais pour atteindre ces objectifs, les deux candidats misent sur la hausse des impôts.

La hausse des impôts selon les candidats

En analysant les plans d’action de chaque candidat, on constate que la hausse d’impôts n’est pas conséquente pour les ménages, dont le salaire constitue le revenu principal. L’augmentation concerne principalement les personnes qui détiennent un patrimoine immobilier et qui bénéficient d’un dividende ou d’un loyer. Si François Hollande est élu président, il est possible que la hausse d’impôts atteigne 40 % de plus pour les plus aisés. Notons que Nicolas Sarkozy n’a pas détaillé ses propositions, mais avait mis en place durant son mandat un millier de mesures dont moins de la moitié ont été réalisées.

Une baisse des dépenses est-elle envisageable ?

Outre la hausse d’impôts, les candidats avancent la réduction des dépenses pour réduire les dettes. Si François Hollande prévoit une hausse du budget de 1 % par an, la droite, à l’inverse, préconise une réduction des dépenses. Notons que ces dernières années, les dépenses de l’État ont augmenté de 2 % par an à cause des coûts liés à la vieillesse de la population : soins, maisons de retraite, pension, etc.