Le fisc déplore des pertes colossales dues à l’évasion fiscale


La réunion des ministres en charge des finances dans les pays du G20 a porté principalement sur les états financiers des membres. Il était également question des dispositifs mis en place par le gouvernement de ces nations

La situation de la France n’est pas désespérée

La lourdeur du régime d’imposition en France fait fuir les capitalistes vers les régions qualifiées de paradis fiscaux. Le ministre en charge des Finances, Pierre Moscovici a affirmé dans le discours qu’il a tenu à l’occasion du Sommet du G20 la semaine dernière que le montant total des capitaux devant être imposés en France, mais qui échappent au fisc s’élève à 36 milliards d’euros. Ce responsable condamne ces pratiques frauduleuses qui minent l’économie nationale tout en affirmant que la situation n’est pas vraiment désespérée.

Les pays d’Europe en précurseurs

Pierre Moscovici a affirmé que la fraude fiscale est un problème qui concerne tous les pays du groupe des 20 et qu’il faut une implication de tous les États pour lutter contre ce fléau. Le ministre français se félicite déjà des initiatives prises par des dirigeants de certains pays européens réunis récemment à Dublin dans le but d’harmoniser les textes juridiques régissant le domaine de la fiscalité sur le grand continent.

Une lutte coordonnée au niveau international

Ce ministre préconise également la coordination des efforts de lutte contre l’évasion fiscale menés à l’échelle internationale. Cette démarche commencera par des échanges de renseignements entre les nations impliquées dans le processus. Le ministre en charge des Finances est convaincu que c’est le seul moyen efficace permettant de réduire l’ampleur des fraudes fiscales. En attendant, les États nantis du G20 réfléchissent sur la problématique du secret bancaire après la divulgation par offshore leaks d’une liste de riches personnalités ayant placé des fonds dans les paradis fiscaux.