Le G20 encourage la communauté internationale à mieux contrôler les secrets bancaires


Via un communiqué de presse publié le 19 avril 2013 dernier, les pays du G20 ont clairement recommandé à la communauté internationale de prendre les mesures nécessaires par rapport au secret bancaire.

Le communiqué du G20

Les ministres des Finances du G20 conseillent l’échange automatique d’informations bancaires, un procédé qui devrait être standardisé dans les prochains mois. Cette mesure a été prise pour mieux contrôler les échanges bancaires et détecter les éventuelles évasions fiscales. C’est ce qu’a annoncé le communiqué de presse publié par le G20-finances suite à une réunion qui s’est tenue à Washington. Pierre Moscovici, ministre des Finances salue déjà les efforts réalisés jusqu’ici. Selon ses dires, la généralisation de l’échange automatique d’informations est une mesure sociale, juste et légitime qui entre dans le cadre du combat contre l’évasion et les fraudes fiscales menées par le G20.

Vers une automatisation des échanges d’informations

Les ministères du G20 ont loué les travaux de l’OCDE concernant les failles des bases fiscales causées par des montages financiers perpétrés par les multinationales qui ne voulaient pas payer d’impôts. Les ministres attendent des solutions plus concrètes lors de la prochaine réunion qui se tiendra à Moscou au mois de juillet prochain. Malgré les hésitations de la Chine, les pays du G20 dans leur majeure partie étaient d’accord sur l’adoption de cette mesure. Pour Pascal Saint-Amans, responsable du département anti-paradis fiscaux au sein de l’OCDE, c’est déjà une des plus importantes barrières qui a cédé.

Une reprise inégale

Pour le moment, les risques majeurs ont été évités de justesse, toutefois, la reprise se montre inégale puisque chaque pays présente une situation singulière. La fragmentation reste donc possible nécessitant la réalisation de nouvelles actions supplémentaires afin d’assurer une croissance durable, équilibrée et solide.