Le PV de stationnement passe à 17 euros


Le premier août est arrivé, le jour redouté par les automobilistes négligents ou fraudeurs. L’augmentation des amendes de première catégorie annoncée par Xavier Baroin en février est à présent effective.
Sont ainsi concernés les stationnements ou arrêts dans le sens contraire à celui de la circulation, les empiétements sur les passages piétons, le non respect des stationnements payants ou alternés ou encore l’oubli d’apposer le dispositif de contrôle du temps de stationnement.

La hausse est pour le moins brutale, avec une augmentation de 54%. Inchangé depuis 25 ans, le montant de l’amende passe ainsi de 11 à 17 euros. Les réactions sont partagées parmi les automobilistes, entre grogne, indifférence et enthousiasme. Il faut savoir que ce montant de 17 euros reste encore ridicule par rapport à certaines villes d’autres pays comme à Montréal où il est passé en 2009 de 42 dollars à 85 dollars…

En effet, certains profitaient du faible montant pour ne pas payer le stationnement, qui, à la journée, revenait parfois aussi cher. Ceux-ci modifieront sans doute leurs habitudes, l’un des objectifs avoués de cette mesure.

Mais l’autre intérêt de la hausse, c’est bien sûr une augmentation des recettes, estimée entre 24 et 36 millions d’euros. A qui va profiter cet argent? En premier lieu à l’Etat, qui engrange la totalité des sommes et en attribue ensuite un pourcentage aux collectivités territoriales. Ces dernières devraient réinvestir l’argent dans les infrastructures routières et dans le réaménagement des zones de stationnement urbaines pour le bien-être des utilisateurs.