Le Skimming : piratage des cartes bancaires


carte bancaire
La fraude à la carte a été évaluée à 7 cents par 100 dollars de transactions en 2006, soit plusieurs milliards de dollars compte tenu du nombre de transactions réelles. Le skimming est l’une des techniques actuellement utilisées par les fraudeurs.

Le skimming : définition

Le skimming est le vol d’informations confidentielles contenues sur la bande magnétique d’une carte de crédit. Il s’effectue par l’intermédiaire de transactions légitimes, notamment lors des paiements en magasin par carte ou encore à l’occasion d’un retrait d’argent à un distributeur automatique de billets de banque.
Les vols de renseignements dans les magasins nécessitent la complicité du commerçant tandis que le skimming visant les guichets résulte de l’utilisation de matériels perfectionnés installés discrètement par les pirates. Il s’agit généralement d’un skimmer copiant les données inscrites sur la bande magnétique, doublée d’un faux clavier ou d’une mini caméra servant à récupérer les codes de sécurité indispensables pour activer la carte.

Le skimming : dans quel but ?

Comme tout acte de piratage, le skimming a pour objectif l’utilisation de données confidentielles de personnes tierces à des fins personnelles ou commerciales. Ainsi, le pirate utilisera les informations qu’il a enregistrées pour effectuer des transactions avec l’argent d’un autre. Il pourra également gagner de l’argent en les vendant.
Les données peuvent circuler au sein d’un réseau international. En l’occurrence, elles peuvent être envoyées vers un autre pays où des spécialistes les utilisent pour éditer de fausses cartes bancaires. Ces dernières, qui s’apparentent quelques fois à de simples cartes blanches ou « white plastic », seront utilisées pour des retraits en numéraire ou exploitées auprès de commerçants complices.