L’écart entre les salaires continue à se creuser


Hauts Salaires France

Selon une récente étude, l’écart entre les salaires continue à se creuser et les personnes percevant un salaire moyen se retrouvent tout au bas de l’échelle. Selon le résultat final des deux investigations de l’INSEE, les très hauts revenus et les très hauts salaires ont augmenté avec une moyenne plus importante que l’ensemble de la population en France entre les années 2002 et 2007. Ces 133,000 salariés à temps complet auraient perçu 215.664 euros bruts par an, ce qui représente le triple des salaires dit « Haut » et sept fois plus que les salaires moyens.

Selon l’INSEE, ces chiffres représentent une hausse salariale supérieure à celles de l’ensemble des salariés qui travaillaient à plein temps à la même époque. La croissance des très très hauts salaires qui a eu lieu en ce temps-là était de l’ordre de +1,35 % par an, ce qui représente un chiffre conséquent comparé au +0,6 % pour le salaire médian. Les personnes percevant un salaire dit « très très haut » ne semblent pas connaitre la crise, même s’ils ne représentent que 1 % de la population active, car ils perçoivent 5,5 % des revenus d’activité, 32 % des revenus du patrimoine et 48 % des revenus exceptionnels déclarés. La majorité des personnes percevant un salaire dit « très haut » se travaillent dans trois principaux secteurs, notamment le conseil et l’assistance, les activités financières et les commerces en gros.

La répartition des très hauts salaires selon la publication « Les Revenus et le patrimoine des ménages » de l’INSEE était comme suit, en 2007 ; 40 % (230,000 euros) pour les dirigeants, les cadres d’état-major des grandes entreprises, 15 % (290,000) pour les cadres des services financiers en entreprise, 13 % (180,000 euros) pour les spécialistes de l’informatique, 11 % (181,000 euros pour les cadres commerciaux dans le commerce, 0,8 % (445,000 euros) pour les sportifs de haut niveau et finalement 20,2 % pour les autres.