Les crédits immobiliers poursuivent leur descente


Le volume des crédits immobiliers a encore diminué de 9,5 % le mois dernier. Les conclusions de contrats de vente se font attendre, malgré les efforts des institutions bancaires visant à diminuer leur taux de prêt.

La tendance baissière des prêts immobiliers

Les indicateurs sont au rouge, le volume des prêts immobiliers se trouve dans une tendance baissière. La diminution de 9,5 % observé le mois dernier le confirme. Les professionnels du secteur font état d’un retrait de 15,9 % en glissement annuel. L’on assiste également ces derniers temps à une dégradation des conditions du logement pour les jeunes acquéreurs. Le secteur immobilier se trouve de ce fait dans un paradoxe, car, à en juger par les analyses des experts, les consommateurs se trouvent dans une période où les prix sont en baisse.

Des taux de plus en plus attractifs

Pour relancer la consommation, les institutions de crédits proposent des coûts d’emprunt de plus en plus attractifs. Le taux moyen des prêts se situait le mois passé à 3,67 % contre 3,92 % au cours de T1 2012. Le DG de Meilleurtaux, Hervé Hatt indique que ces taux resteraient intéressants jusqu’à la fin du troisième trimestre de cette année. Ce qui a provoqué une légère hausse du nombre de dossiers de prêt. Malheureusement, les signatures de contrat de vente ne bougent pas pour autant.

Des acheteurs moins enthousiastes

Les acheteurs se montrent moins enthousiastes. Les professionnels ont observé une diminution de 12 % du nombre de transactions concrétisées en avril. Les raisons en sont nombreuses. Le prix des biens immobiliers reste élevé, notamment dans la capitale française. Les banques, devenues plus prudentes du fait de la crise économique, ont écourté l’échéance des prêts. En plus, les apports demandés aux emprunteurs restent à un niveau élevé. Enfin, les aménagements du PTZ ont découragé bon nombre d’investisseurs.