Les Français touchés de plein fouet par l’augmentation du coût de la vie


La deuxième vague d’enquête du Sofinscope (Crédit Agricole Consumer Finance) a demandé aux Français : combien vous manque-t-il aujourd’hui pour mener un train de vie décent ? Réponses…

Dépenser plus pour les premières nécessités…

Dans ce contexte de rigueur et d’austérité, toutes les personnes interrogées sont unanimes : depuis deux ans, les postes pour les dépenses contraintes ne cessent d’augmenter. Ainsi, 62 % des sondés ont avoué que l’électricité, le gaz ou encore la télévision ont connu une hausse exponentielle et pour 69 %, ces achats pèsent lourd sur leurs budgets.

58 % ont répondu que leur épargne diminuait et pour 56 %, les dépenses alimentaires ont augmenté. Pour équilibrer leur budget, les Français font donc des compromis : 40 % ne sortent plus (théâtres, restaurants) et 25 % ont renoncé à leurs vacances.

Comment retrouver l’aisance d’antan ?

Cette enquête réalisée auprès de 1025 personnes démontre que 50 % des interrogés ont besoin de 459 euros supplémentaires, soit + 19 %, pour vivre décemment. Evidemment, des disparités existent : le sondage dévoile que les foyers dont le revenu est mensuel inférieur à 1 000 euros, sont 94 % à vouloir une augmentation de leur budget, contre 59 % pour ceux qui ont un revenu de plus de 3500 euros.

Les jeunes sont les moins exigeants : 50 % des 18-24 ans militent pour une hausse supérieure à 404 euros, alors que les 50-59 ans demandent au moins 649 euros. Le sondage présente la preuve que les Français sont obligés de faire des économies, et se priver des plaisirs qui, auparavant étaient abordables.