Les impôts locaux ont augmenté d’environ 1 %


Le « Forum pour la Gestion des Villes et des Collectivités Territoriales » publie chaque année les chiffres concernant les taxes et les impôts locaux, des villes de plus de 100.000 habitants.

immobilier

La taxe d’habitation

Les villes de Perpignan et Rennes paient une facture astronomique pour leurs taxes d’habitation : en effet, leur montant médian se chiffre respectivement à 1 227 euros et à 1 144 euros. Paradoxalement, ceux qui résident dans la capitale à Paris, sont les moins taxés : en effet, un couple avec 2 enfants, paie en moyenne 444 euros. À Nîmes et à Toulouse, les hausses d’impôts ont été modérées : + 0,1 % et + 1,2 % en un an. Ce n’est pas le cas pour Angers et Marseille : ces deux villes ont connu une augmentation plus accentuée qui se situe à + 10 % et + 13,4 %. En faisant une moyenne des taxes dans ces différentes villes, les statistiques ont montré une hausse de 0,9 %, soit 976 euros que paient en moyenne les ménages pour leur taxe d’habitation.

Et qu’en est-il de la croissance de la taxe foncière ?

Contrairement à la taxe d’habitation, la taxe foncière affiche une augmentation plus accentuée. Et elle n’est pas homogène dans tous les départements. Ainsi, si à Angers, entre 2010 et 2011, elle a connu une croissance de + 11,7 %, à Nice, elle n’est que de + 1,2 %. C’est Grenoble qui s’en sort le mieux avec seulement 1 % d’augmentation. Viennent ensuite Nantes et Argenteuil, avec respectivement + 8,5 % et + 7,5 %. Les habitants de Montpellier sont les plus gros contribuables avec 1 270 euros, contre les Lillois qui ne s’acquittent que de 562 euros. Par rapport aux années précédentes, la hausse s’est moins accélérée cette année.

source: latribune