Niches fiscales : les publics fragiles épargnés


Selon une récente annonce faite par le ministre du Budget, François Baroin, les publics jugés « fragiles » ne seront pas concernés par la réduction des niches fiscales.

À seulement quelques semaines de l’annonce des niches fiscales qui seront concernées par le « plan de rabotage », François Baroin se veut être rassurant en affirmant tel que promis que les publics « fragiles » ainsi que la politique familiale seraient épargnés. Le ministre du Budget a tenu à soulager les plus inquiets trois jours après la rencontre de Brégançon, qui regroupait plusieurs ministres autour du chef de l’État.

Au terme de la rencontre, l’objectif du « rabotage » avait été annoncé et stipulait que 10 milliards d’euros seraient récupérés sur les niches fiscales. François Baroin, le successeur du très controversé Éric Woerth, a affirmé que l’exercice de réduction des niches fiscales était une opération très difficile et subtile, mais cependant il a tenu à assurer que la politique familiale sera préservée tout comme les publics « fragiles ». Quant aux décisions définitives portant sur le choix des niches à réduire, le ministre du Budget, François Baroin, a précisé qu’elles seront prises au milieu du mois de septembre.

Le gouvernement, à travers François Baroin, a aussi tenu à préciser que les affirmations de la gauche sont fausses. En effet, les députés de la gauche avaient laissé entendre que la suppression des niches fiscales représenterait une hausse des impôts. Le ministre justifie sa réponse en affirmant que nul n’est obligé de faire utilisation d’une niche fiscale pour réduire ses impôts.