Allocation Invalidité : conditions, montant et prise en charge de la pension


Dans certains cas, la caisse d’assurance maladie peut octroyer une allocation spécifique aux personnes qui ont perdu leur emploi après une maladie ou un accident invalidants. Voici les informations à connaître.

Qui peut bénéficier de la pension d’invalidité ?

Pour prétendre à une pension d’invalidité, la personne qui a subi un accident ou une maladie invalidante doit avoir versé ses cotisations d’assuré pendant les 12 mois qui ont précédé l’invalidité. Par ailleurs, un médecin affilié à sa caisse d’assurance maladie doit certifier qu’elle n’est plus en possession des 2/3 de sa capacité de travail. De même, la personne qui présente une invalidité ne doit pas avoir atteint l’âge de la retraite.

Comment ça fonctionne ?

La personne titulaire d’une allocation d’invalidité bénéficie d’une meilleure prise en charge. En effet, si la personne est malade ou enceinte, l’intégralité de ses frais médicaux et de ses médicaments est remboursée par sa caisse d’assurance maladie. Toutefois, les dépassements d’honoraires des agents de santé, les frais hospitaliers et les coûts additionnels des appareillages ne sont pas remboursés. En outre, la personne invalide doit toujours s’acquitter de la participation forfaitaire et des franchises médicales.

Mode de calcul de l’allocation d’invalidité 

La caisse d’assurance santé se base sur le revenu annuel moyen des 10 années d’activité où la rente de la personne invalide a été la plus élevée. En fonction de son degré d’atteinte physique, trois cas de figure peuvent se présenter : si elle ne peut plus travailler, l’allocation qui lui sera attribuée équivaut à 50 % de son revenu annuel moyen ; si elle ne peut plus travailler et que son état requiert une assistance médicale, sa pension d’invalidité s’élèvera à 40 % de sa rente annuelle moyenne. Enfin, si la personne peut encore travailler après son accident ou sa maladie, son allocation atteindra 30 % de sa rente annuelle moyenne.