Quels droits à la retraite pour les expatriés français ?


Près de 1,5 million de Français étaient installés à l’étranger au 31 décembre 2010 soit une augmentation de 3 à 4 % en moyenne par an. Étant expatriés, comment penser à sa future retraite ?

Adhérer aux cotisations volontaires à la Caisse des Français à l’Étranger ou CFE

Les Français expatriés pour une durée indéterminée ne bénéficient plus d’une couverture sociale, mais doivent s’adapter au régime de retraite de leur pays d’accueil. Trouver une solution leur permettant de ne subir aucune perte au niveau de leur future retraite est tout à fait possible. La Caisse des Français de l’Étranger ou CFE gèrent les expatriés afin de garantir leurs droits à la retraite de base comme s’ils travaillaient toujours en France. Les organismes comme la CRE et l’Ircafex permettent également de bénéficier de régime de retraite complémentaire comme l’Arrco et Agirc avec la même méthode de calcul qu’en France.

Vérifier la faisabilité des cotisations volontaires

Avant de penser à cotiser à titre personnel, il est conseillé d’analyser l’intérêt de ces cotisations volontaires aux régimes de retraite français. Il faut savoir que la Caisse Nationale d’assurance vieillesse, les caisses Arrco et Agirc subissent parfois des changements ce qui peut entraîner une baisse de rentabilité. Pour cela, il convient d’examiner le rapport entre le coût et le gain de ses cotisations volontaires sachant qu’ils diffèrent selon la situation de la personne expatriée dans son pays d’accueil. Il faut également analyser l’intérêt de cotiser en même temps au niveau de la CFE, de la CRE et de l’Ircafex surtout pour un jeune expatrié.