Réduction du nombre de sites publics d’ici 2013


François Baroin, le ministre du Budget, a récemment annoncé une mesure qui devrait aider à réduire le déficit public : la réduction, d’ici 2013, le nombre de sites Internet publics. En effet, le ministre du Budget a précisé que le nombre de sites internet publics, qui l’élève actuellement à 570, sera divisé par 10 pour ne laisser place qu’à seulement 57 d’ici la fin de l’année 2012. Cette mesure, se situant parmi les 150 qui ont été retenus par le ministre, cadre parfaitement avec la seconde vague de la politique de révision générale des finances publiques (RGPP).

Selon François Baroin, l’ensemble des solutions proposées et retenues par ses soins aideront considérablement à réduire le déficit public par 10 milliards d’euros d’économie par an d’ici à la fin de leur application, soit 2013. Selon le ministre, la réduction du nombre de sites internet public n’a pas été seulement choisie pour aider à diminuer le déficit, mais aussi, car elle permettra d’offrir une meilleure lisibilité des atouts numérique du gouvernement.

Le gouvernement a tenu à préciser que l’élimination de ces 513 sites ne signifie pas que les services qu’ils proposaient disparaitront aussi. L’État précise que le site mon.service-public.fr se place en tête de liste pour accueillir les services que proposaient les divers sites qui seront éliminés. Mon.service-public.fr, qui est fréquenté par plus de 500,000 « cinautes » (citoyens-internautes), propose déjà d’accéder aux services que propose la CNAF (Caisses d’Allocations Familiales), la CNAMTS (Assurance maladie), l’ACOSS (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale), la CNAV (Assurance retraite) ainsi que ceux de la MSA (santé du monde agricole) et de la CDC (Caisse des dépôts).