Renault s’excuse auprès des 3 cadres licenciés


Renault

Le constructeur français Renault a présenté ses excuses ce lundi auprès de ses 3 cadres accusés d’espionnage industriel dans les voitures électriques, Michel Balthazard, Bertrand Rochette et Matthieu Tenenbaum.

Maintenant, l’entreprise française évoque la possibilité d’une nouvelle piste ayant pour caractéristique l’escroquerie au renseignement. Renault pourrait bien avoir licencié ses 3 cadres par erreur puisqu’aucun compte bancaire à l’étranger n’a été trouvé. Il pourrait donc en fait s’agir d’une grande escroquerie qui aurait eu pour but de déstabiliser le groupe et le freiner dans le développement de ses véhicules propres.

L’un des hauts responsables de la sécurité chez Renault, Dominique Gevrey, a d’ailleurs été arrêté à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle alors qu’il partait en vacances pour la Guinée. Celui-ci a été mis en examen et incarcéré.

Pour trouver la source de « fuites », Renault serait en train de payer plusieurs centaines de milliers d’euros actuellement, rapporte l’Express.