Retraite des Français à l’étranger : destinations et raisons du départ


Partir à l’étranger pour vivre sa retraite est une tendance qui s’affirme depuis quelques années. Ainsi sur les cinq dernières années, la caisse des Français à l’étranger a vu le nombre de ses adhérents séniors augmenter de 21%.

retraité

Pourquoi les retraités partent à l’étranger

Le magazine Pleine vie a récemment commandé une enquête à l’institut Ipsos, pour connaître les aspirations des retraités en France. On apprend ainsi que 24% des Français plébiscitent une retraite à l’étranger. Les raisons principalement évoquées sont l’évasion, et la compensation de la perte du pouvoir d’achat. Mais la majorité des séniors interrogés s’accordent à dire que c’est pour le soleil qu’ils souhaitent partir. Avec 40 % d’entre eux qui veulent en finir avec la pluie et la grisaille, les destinations au climat tropical sont naturellement les plus prisées. Cependant, le désir de partir vivre sa retraite à l’étranger n’est pas un désir de fuite, et les séniors choisissent en priorité les destinations avec une proximité géographique et linguistique pour rester au plus près de leurs valeurs et de leurs enfants. Il est donc essentiellement question d’ensoleillement et de confort de vie. En effets, certaines destinations permettent aussi aux retraités d’avoir un meilleur pouvoir d’achat que s’ils étaient en France. Un avantage non négligeable pour les petites retraites. La CFE note un intéressement nouveau pour les pays asiatiques qui suscitent l’intérêt des séniors qui veulent continuer à travailler. L’Asie étant très dynamique, certains y voient une opportunité pour une activité professionnelle au-delà de l’âge de la retraite.

Les pays pour s’expatrier

Majoritairement plébiscités jusqu’alors, les pays comme l’Espagne ou le Portugal tendent à être délaissés au profit de destinations plus exotiques comme Madagascar et Maurice dans l’océan Indien ou la Thaïlande en Asie. Cependant, voyons quels sont les avantages des destinations favorites du moment. Le Maroc, destination préférée des Français, est très proche géographiquement et offre une fiscalité très avantageuse. En effet, sous certaines conditions, il est possible de profiter d’un abattement de 80% sur le revenu de sa pension. Lors du déménagement, les étrangers peuvent bénéficier d’une franchise pour l’importation de leurs biens personnels. L’Espagne, deuxième pays d’expatriation préféré des retraités français, offre une facilité du point de vue administratif, car le pays est membre de l’UE. Elle possède un très bon système de santé et le coût de la vie y est légèrement plus bas qu’en France. L’île Maurice attire également et le pays offre actuellement des avantages au niveau de l’immobilier (prix réduits). La Tunisie offre comme le Maroc des avantages fiscaux, mais aussi une plus grande proximité linguistique. Les retraités français apprécient également l’autre côté de l’Atlantique, car le Panama arrive en quatrième place des pays les plus fréquentés par les retraités. Ces derniers sont essentiellement attirés par l’immobilier bon marché et le coût de la vie très bas qui admet un confort supplémentaire. Enfin, le Costa Rica qui attire déjà beaucoup de retraités allemands et américains, est spécialisé dans l’accueil des retraités et offre le statut particulier de résident retraité. Mais avant de partir, il est essentiel de s’informer, notamment en matière de protection sociale.

Protection sociale des retraités expatriés

En tant que sénior, une des préoccupations qui subsiste lors d’un départ à l’étranger pour y vivre sa retraite, est la qualité des établissements de santé et la couverture sociale. En effet, avec l’âge, les besoins en médicaments et soins de santé sont plus importants, il faut donc bien s’informer sur les prestations sociales disponibles. Ainsi, si le pays de destination est un pays européen, la CPAM dispose d’accord en matière de couverture sociale et les assurés conservent leur droit. Ils doivent simplement signaler leur déménagement pour recevoir un formulaire qui leur permettra de bénéficier de la couverture sociale du pays d’accueil. Les pays n’offrant pas toujours une couverture suffisante, il sera souvent préférable de souscrire une mutuelle complémentaire pour partir en toute sécurité. En revanche, si la destination pour sa retraite est un pays hors de l’Union européenne, l’assurance maladie ne fonctionne pas et il est indispensable de s’inscrire à la caisse des Français à l’étranger pour prétendre à des remboursements de soins. Les cotisations s’élèvent à environ 130 euros par trimestre ou 3,5% de la pension de retraite. Souscrire une assurance privée locale peut également être une alternative, mais sachez que si vos soins nécessitent de rentrer en France, la CFE prend en charges les dépenses à condition que le séjour n’excède pas trois mois.

Pour des compléments d’informations, voyez le site de la Maison des français à l’étranger (MFE) et le guide Bien Préparer sa retraite à l’étranger (PDF).