Essence : le litre de super bientôt à 2 euros ?


Avec le baril du pétrole à 120 dollars, et les tensions politiques et sociales dans les pays producteurs, il est inéluctable que le prix du super s’envole. Selon le PDG de Total, celui-ci pourrait bientôt atteindre les 2 euros le litre.

Ce qu’en pense l’Élysée

Les acteurs de la filière pétrole ont été convoqués par la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, ainsi qu’Éric Besson et Frédéric Lefebvre, respectivement ministre de l’Énergie et secrétaire d’État au Commerce. Le P.D.G. de Total, Christophe de Margerie, dans une interview accordée au Parisien affirme que les propositions de l’Élysée ne sont applicables qu’à court terme. Il fait notamment référence à la contribution à hauteur de 115 millions d’euros de la part de la filière pétrolière pour aider les personnes les plus touchées par la forte hausse des prix à la pompe.

Comment y faire face ?

Ce que propose le patron de Total, c’est de miser sur les investissements, et de réduire la consommation. Cette dernière est déjà en marche : avec la hausse constante des prix, la demande a baissé depuis quelques mois, et la France est revenue au niveau de consommation énergétique de 1985. Cependant, il ne comprend pas pourquoi il existe une telle polémique autour de l’exploitation du gaz de schiste. Au contraire, cela devrait constituer une alternative aux énergies fossiles et permettre de satisfaire la demande française.

Bloquer le prix de l’essence ?

Telle est la proposition de Ségolène Royal au Président français, Nicolas Sarkozy. En effet, en 1990, Pierre Bérégovoy avait limité les marges prélevées par les distributeurs pétroliers. Il faut savoir que le prix de l’essence est composé de la TVA et de la TIPP. L’État pourrait réduire ces taxes, et donc, le prix à la pompe. Mais les spécialistes estiment que cette mesure serait inefficace, car tout d’abord, difficile à mettre en place, et que d’autre part, les prix du pétrole sont soumis aux fluctuations des marchés.