Une monnaie locale à Nantes


Face à la crise de liquidités qui sévit actuellement, la mairie de Nantes prévoit de mettre en place d’ici 2013 une chambre de compensation munie d’un système monétaire local au service de la ville pour stopper l’hémorragie. Ce système innovant sera mis à la disposition des acteurs économiques nantais incluant les petites et moyennes entreprises, les sociétés parapubliques et d’économie mixte. Le système économique sera également accessible aux particuliers.

Ville de Nantes

Un système de paiement sans numéraire

Les entreprises adhérentes à la chambre de compensation nantaise auront un compte libellé en « nanto » à leur disposition, dont l’unité de compte interne sera équivalente à un euro, mais ne s’y substitue pas. À partir de ces comptes, chacune de ces entreprises pourra payer ou être payée par les autres membres. S’inspirant d’un système de paiement identique mis en place en Suisse par la banque coopérative WIR, le système d’aide nantais sera géré par le crédit municipal. Toutefois, elle nécessitera pour le système bancaire et informatique la collaboration d’une banque régionale de coopérative. Le crédit municipal de Nantes dispose d’un fonds de 28 millions euros pour mettre le système en place et pour réaliser le projet, la ville devra remplir un quota bien défini d’adhérents avec l’aide des chambres consulaires.

Objectifs économiques pour 2013

La chambre de compensation aura pour objectif d’accélérer les échanges interentreprises. Elle devra gérer la monnaie locale et pourra proposer des prêts aux adhérents à des taux attractifs sur une garantie par un dépôt en Euro. À long terme, ce système contribuera à l’équilibre économique des entreprises, dont le solde de compte devra être positif ou permettra, dans une certaine limite, d’éviter de trop grands déséquilibres. Suivant un barème prédéfini, l’adhérent pourra être sanctionné en fonction du solde sur son compte. Quant aux sommes non dépensées, elles serviront à subventionner les entreprises concernées. La monnaie locale pourra également servir à payer des prestations compensatoires aux conseils d’entreprise. Le « nanto » demeurant une monnaie fictive, il ne pourra ni être épargné ni capitalisé.

via lesechos