Une nouvelle hausse de la redevance télé attendue


Non épargné par les coupes budgétaires, le secteur de l’audiovisuel public se verrait priver des subventions de l’État d’ici quelques années. Conséquence directe de cette suppression, la redevance télé est attendue en hausse, dès 2015…

Une hausse sans surprise

Chaque année, les groupes publics de l’audiovisuel reçoivent une subvention étatique, censée les aider à produire des contenus de qualité et faire face à la concurrence des chaînes privées. Selon un document de Bercy récemment analysé par le quotidien Les Échos, cette dotation – qui s’élève à 292 millions d’euros en 2014 – va être réduite drastiquement d’ici 2017. Le budget consacré à cette dotation passera successivement à 208 millions en 2015, 110 millions d’euros en 2016… puis 29 millions d’euros en 2017.

Pis, le ministère des Finances ambitionne clairement de supprimer définitivement cette participation étatique dans les années qui suivent. Cette décision est étroitement liée à l’effort budgétaire consenti par le gouvernement en place, lequel souhaite économiser jusqu’à 50 milliards d’euros sur trois ans. Comme souvent dans ces circonstances, les responsables gouvernementaux cherchent un moyen de compenser cette perte de revenus – même partiels – des groupes audiovisuels publics. La solution la plus évidente reste sans surprise l’augmentation de la redevance télévisuelle.

Le débat est ouvert

Cette possibilité ravit logiquement les groupes audiovisuels publics, lesquels considèrent la redevance comme un outil indispensable à leur indépendance et leur bon fonctionnement. Seulement, les dirigeants en place et toutes les parties concernées semblent toujours divisés quant à la façon de procéder pour augmenter la participation du contribuable aux revenus de l’industrie de l’audiovisuel public.

Si certains, notamment la Société civile des auteurs multimédias, plébiscitent une hausse annuelle d’au moins 3 euros de la redevance télévisuelle, d’autres avancent des arguments assez discutables. Des voix s’élèvent notamment en faveur de l’élargissement de l’assiette de la redevance. Déjà proposée, mais écartée à l’été 2013, cette proposition commence à intéresser davantage les législateurs, vu l’augmentation du nombre d’écrans tiers – smartphones, tablettes, voire lunettes connectées.